rentabilité immobilier locatif
Bons Plans

Investissement immobilier des expatriés en France

Investir dans l’immobilier en France quand on est expatrié est une très bonne manière de générer des revenus passifs. Mais cela pourrait très vite virer au cauchemar si on ne maîtrise pas les rouages du secteur. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les différentes étapes d’un investissement immobilier quand on est expatrié.

Investissement immobilier en France : quel intérêt pour les expatriés ?

Plusieurs facteurs militent en faveur d’un investissement immobilier des expatriés. Le principal concerne la location-gérance. On investit dans l’acquisition d’un bien immobilier puis on en confie la gestion à une société immobilière. Cela permet à l’expatrié d’élargir son patrimoine tout en générant des revenus passifs.

Sur le plan fiscal, les revenus générés par les investissements locatifs sont taxables par l’impôt sur le revenu. La loi exige que ces revenus s’ajoutent aux autres revenus du propriétaire-gérant. La base d’imposition ainsi formée, est celle qui sert à calculer l’impôt final.

Mais le gouvernement a prévu des exceptions pour promouvoir l’investissement immobilier des expatriés.

En lieu et place d’un taux d’imposition de 45,25%, les expatriés sont plutôt imposés à un taux de 30%. Et cela n’est valable que pour les revenus locatifs supérieurs ou égal à 27 519€. En deçà de ce seuil, les revenus locatifs des expatriés ne sont plus assujettis à l’impôt.

Démarche pour réaliser un investissement immobilier en tant qu’expatrié

Rien à dire, ces privilèges sont très alléchants. Toutefois, l’expatrié qui souhaite investir dans l’immobilier doit s’assurer qu’il dispose des ressources nécessaires pour finaliser son projet. Dans le cas échéant, il devrait envisager le recours à un prêt bancaire pour le financement du projet immobilier.

Obtention d’un prêt bancaire

Afin d’obtenir un crédit bancaire, vous devez convaincre l’établissement financier de la pertinence de votre projet immobilier.

La suite à donner à votre dossier dépendra de certains facteurs clés inhérents à votre situation d’expatrié. Il s’agit de votre salaire et du montant de vos épargnes à domicilier en France, en guise de remboursement.

La banque évalue aussi votre situation familiale et professionnelle. Ce n’est qu’à la suite de ces évaluations que la banque se décide à vous accompagner dans votre projet immobilier.

Recherche et visite de l’immeuble

Le choix de l’immeuble idéal est une opération délicate qui nécessite la prise en compte de plusieurs facteurs. Il est recommandé de confier cette recherche à des agences immobilières ou à un réseau immobilier pour expatrié comme Ares-immobilier.com. Les notaires aussi sont habilités à fournir cette prestation.

Lorsqu’un immeuble vous est proposé, faites une analyse minutieuse des facteurs comme l’électricité, le sol, la toiture, les canalisations, etc. Le montant du loyer doit être scruté tout comme les charges (taxe foncière, derniers PV d’AG, etc.) afférentes au bâtiment. Sans cette étude minutieuse, vous ne pouvez déterminer votre marge et éventuellement un retour sur investissement.

Acquisition de l’immeuble

L’acquisition nécessite des démarches administratives. En tant qu’expatrié, vous pouvez choisir de les endosser ou de les confier à des professionnels. Cette opération passe par la signature du compromis de vente, et le paiement. Les démarches administratives peuvent durer 3 à 4 mois. Ce n’est qu’à la fin de ces procédures que vous pourrez jouir du bien. 

Mise en location

Le statut de loueur le plus adapté aux expatriés, c’est celui des LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel). C’est un statut très avantageux qui bien optimisé peut permettre d’aboutir à une quasi-défiscalisation.

En général, les expatriés préfèrent confier la gestion de leurs biens à des gestionnaires. Ceux-ci en assurent la location selon les termes convenus dans un bail commercial. Vous aussi, vous pouvez opter pour cette solution. Gardez toutefois à l’esprit, qu’aucun texte ne vous y oblige.

Pour finir, il est important de savoir qu’un projet d’investissement immobilier s’échelonne sur près de 10 mois. Étant à l’étranger, il est préférable de se faire accompagner par des professionnels qui connaissent déjà les règles de fonctionnement du marché.